« Des très hauts… et des très bas »

Stienes Longin a profité de la finale de la NASCAR Whelen Euro Series, disputée ce week-end en Espagne sur le Circuit Ricardo Tormo près de Valencia, pour démontrer une fois encore qu’il est l’un des pilotes les plus rapides du championnat européen de stockcar. Mais le Louvaniste a été frappé par la malchance… et par quelques adversaires maladroits.

Quatre courses étaient au menu de cette ultime épreuve à Valencia. Deux confrontations “normales” et deux avec une double attribution de points. Et si on résume le week-end de Stienes Longin, cela donne : largement en tête de la première course, podium au terme de la deuxième, troisième sur la grille de la troisième et quatorze positions de gagnées lors de la quatrième. 

« Ces prestations confirment que la pointe de vitesse était clairement là », conclut Stienes. « Mais pas la réussite ! Alors que je menais largement la première course, mon embrayage m’a lâché et m’a privé d’une victoire quasiment assurée. »

« Ce n’était toutefois pas une catastrophe », poursuit le Louvaniste. « En montant sur le podium de la deuxième course, je préservais mes chances en vue des deux finales du dimanche. Jusqu’à ce qu’Olivier Hart me touche trois fois durant le premier tour de la troisième course, au point de me pousser hors de la piste. Venant d’un pilote “wildcard”, et donc invité pour cette finale, je trouve étonnant qu’un tel comportement soit accepté. En outre, j’ai dû m’élancer de l’arrière du peloton pour la deuxième course du jour, la dernière du championnat. »

Longin parvenait à gagner d’emblée douze (!) positions dès le premier tour, avant de boucler le deuxième tour à la 6e place. Quelques instants plus tard, la relance après une neutralisation était une fois de plus chahutée. « Maggi a touché Ferrando et celui-ci, en perdition, m’a emmené avec lui. Cela peut arriver, surtout dans un tel peloton. Mais ma voiture était trop endommagée et ce fut un autre abandon. »

Pourtant, Longin – qui fut un des cinq pilotes à gagner au moins une course cette année – retient le positif : « Ce week-end, il y a eu des très hauts et des très bas. Mais tout le monde a pu constater notre pointe de vitesse. L’équipe PK Carsport a fait un super boulot et je veux d’ailleurs féliciter mon équipier Alon Day pour son titre. C’est un chouette gars et j’ai beaucoup appris de lui cette année. » 

« Pour conclure, je voudrais remercier tous les partenaires et les sponsors qui ont continué à nous soutenir durant cette année marquée par le coronavirus », insiste Stienes. « Leur support a été crucial et nous a motivés au plus haut point. Vivement l’an prochain ! »

7 décembre 2020

« Des très hauts… et des très bas »
menu

{{ popup_title }}

{{ popup_close_text }}

x